DVAF ou DL

La sécurité incendie des déficients auditifs dans les ERP.

Avec 6 millions de malentendants en France, les établissements recevant du public tout comme les établissements régis par le code du travail (si toutefois pour ces derniers, une ou plusieurs personnes malentendante y travaillent), sont invités depuis 6 ans déjà*, à compléter les systèmes sonores d’évacuation par des dispositifs adaptés à la population sourde ou en grande déficience auditive.

AFNOR dans la dernière parution « BP P96-101 » préconise d’installer en première intention, dans les lieux ou ces personnes peuvent se trouver isolées des systèmes de flash afin de prévenir de l’évacuation du bâtiment.
Malheureusement depuis, très peu d’établissements se sont équipés, et quand bien même, combien de personnes sourdes ou malentendantes sont averties et formées à l’usage de ces dispositifs ?
De nombreuses questions sont encore sans réponse.

Sous l’appellation « Alarme lumineuse d’évacuation »  deux produits sont regroupés. Malheureusement, une confusion persiste entre les DVAF (rouges) et les DL (Blancs). Ces deux systèmes n’ont ni le même usage ni le même fonctionnement. Et pourtant les différentes normes en vigueur ne sont pas explicites pour que l’on puisse faire réellement la différence entre ces deux produits.

dvaf-dispositif-visuel-alarme-feuLes DVAF (dispositifs visuels d’alarme feu) sont destinés principalement, à prévenir les équipes de sécurité en amont du déclenchement de l’alarme sonore et permettent durant un laps de temps déterminé, d’effectuer les vérifications d’usage afin d’éviter les fausses alertes et de s’organiser pour l’évacuation. Ces flashes sont donc lancés avant, et ensuite pendant, l’alarme sonore. Ces produits sont intégrés au système SSI et assujettis aux normes s’y rapportant. Le rouge est la couleur (norme ISO) recommandée pour ces dispositifs car elle correspond dans l’imaginaire au feu et cette couleur n’étant pas très sensible à la rétine (dernière couleur avant l’infrarouge qui est non perceptible par l’œil humain), elle ne crée pas d’effet de panique qui serait préjudiciable au bon déroulement du processus échelonné d’évacuation. Un pictogramme y est rattaché :

LES DL pour handicap auditif :
En revanche selon des études réalisées entre autre par la mission handicap et les services SSI de la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris auprès de groupes d’enfants sourds, les DL pour les sourds complémentant les signaux sonores devraient être majoritairement blancs, car pour une personne qui ne perçoit pas les sons, il faut que son œil soit attiré pour qu’elle lève son attention de son activité. (lien en bas de page)
La couleur blanche étant la conjonction de l’ensemble du spectre lumineux, l’ensemble des capteurs (cônes) de la rétine sont forcément sollicités.

Ces nouveaux dispositifs ne sont pas encore normés en l’état de l’usage et doivent donc trouver leur place dans le concept de sécurité incendie.
En effet la loi précise seulement (GN8 article MS 64) «un signal sonore doit être complété par un dispositif destiné à rendre l’alarme perceptible en tenant compte de la spécificité des locaux et des différentes situations de handicap des personnes amenées à les fréquenter isolément ».

Il est donc important de bien clarifier ces deux produits dans deux fonctions différentes.
Il faut aussi réfléchir à l’officialisation de ces dispositifs DL spécifiques adaptés aux sourds ou malentendants afin que le résultat final soit bien présent   c.à.d. l’action d’évacuer le bâtiment.

 

L’idée évoquée par les normes SSI demandant d’unifier les couleurs des flashs DVAF et DL dans un même bâtiment n’est donc pas forcement en corrélation avec le but recherché pour les DL, qui est la sécurité des sourds ou malentendants.
Même si dans l’espace restreint des toilettes par exemple, un flash rouge peut se voir, sous la douche avec la vapeur d’eau et pour peu que le flash soit installé derrière une porte vitrée, ou bien dans un bureau en plein soleil, il est aléatoire de penser qu’il répondra à l’usage qu’on y attend.

Rares sont les écrits sur des tests ou des retours d’expérience sur ces produits de la part des principaux intéressés ! Nous normo-entendants nous ne sommes pas toujours à même d’aborder cette déficience invisible mais oh combien présente dans notre société…

Aucun pictogramme n’existe pour informer et former à  l’usage de ces DL spécifiques destinés à la population déficiente auditive. Le picto ci-joint n’est qu’une esquisse que j’ai commencé à concevoir.

 

Commission nationale Culture et Handicap
Mission Cité des sciences e t de l’industrie – musée du quai Branly
Sous-groupe de travail « Alarmes visuelles et information en temps réel des personnes sourdes »
(Lien ci joint cliquez ici)

 

*ERT Décret n°2011-1461 du 7 novembre 2011/ Décret n°2009-1272 du 21 octobre 2009

  ERP : Décret 2009-1119 du 16 septembre 2009